Search
  • Emilie

De Lake Powell à Monument Valley


Nous avons rejoint le Lake Powell il y a une semaine. Il s’agit du plus grand lac artificiel des Etats-Unis. Il est délimité par un barrage vertigineux surplombant le Colorado. La région, appelée le parc national de Glen Canyon, recèle bien des merveilles. Commençons par le Horseshoe Bend, une formation rocheuse autour de laquelle passe le Colorado, le tout prenant la forme d’un gigantesque fer à cheval. La vue est vertigineuse, surtout qu’il n’y a pas de barrières de sécurité!

Notre journée se poursuit avec la visite du fameux Antelope Canyon. Qui n’a jamais eu une photo de ce canyon rouge-orangé sur son fond d’écran? Si, si, je suis sûre que vous l’avez déjà vu, sans vraiment savoir de quoi il s’agit. Ce qu’on ne vous dit pas, c’est que la visite de ce canyon est si populaire que les groupes réservent des mois à l’avance. Et que même réservé, vous attendrez encore au moins une heure avant d’y entrer. Et qu'enfin à l’intérieur vous ne serez jamais seul. Et pourtant, même s’il a fallu attendre quarante minutes en plein soleil et supporter un car entier de chinois plutôt bruyants -qui prenaient nos enfants en photos sans avoir demandé notre permission-, nous ne regrettons pas notre visite. Après une descente d’escaliers vertigineux, on s’engouffre un à un dans un canyon si étroit qu’on ne passe qu’un à la fois. La roche faite de sable pétrifié appelé grès Navajo a des couleurs toujours changeantes selon la lumière du soleil. Il suffit de lever la tête et d’observer, tout en marchant dans le fond du canyon. Formes, couleurs, rayures, on ne s’en lasse pas. Et tant pis si on est vraiment très nombreux. Le spectacle, lui, se passe au-dessus de nos têtes. Une joie pour Arnaud, notre photographe-reporter de choc ! Les enfants, eux, ont joué dans le sable. Mais pas n’importe lequel, le splendide sable rose orangé du territoire Navajo, si fin qu’on dirait de la poussière. Un vrai bonheur pour le camping-car…

Nous continuons notre route vers la mystique Monument Valley. Ce jour-là est le seul jour de pluie que nous avons eu lors de notre périple dans l’Ouest. En chemin nous nous arrêtons au Monument National Navajo pour aller voir les ruines de la cité de Betatakine. Construite au 13ème siècle, cette cité troglodyte abritait des chasseurs cueilleurs qui vivaient en communion avec la nature. De notre point de vue, cela ressemble à une crèche en poterie d’Amérique du Sud. Roche orangée, petites maisons carrées, le tout niché sous une immense corniche de roche. Un bien joli spectacle que nous aurions admiré plus longtemps si l’orage n’était venu nous déranger. Nous continuons notre route et arrivons enfin à destination. Enfin, c’est ce que nous pensions. En voulant entrer au camping de Monument Valley, nous nous rendons compte que notre réservation est… pour la nuit du lendemain ! Oups! Panique à bord, il est déjà 16 heures et autour de Monument Valley, il n’y a rien. Le camping qu’on nous conseille est plein lui aussi, nous faisons donc route en sens inverse vers la prochaine petite ville. Malheureusement, nous ne serons accueillis là-bas que par des Indiens louches.

Petite parenthèse sur les Indiens Navajos justement. Nous nous trouvons chez eux, du moins sur les terres qui leur ont été rendues par le gouvernement après les avoir entassés dans des réserves. La réserve Navajo est la plus grande. 70% environ de ces « native americans » comme on les appelle, y vivent encore. Parlons un peu de ces terres. Mis à part les merveilles naturelles telles qu’Antelope Canyon ou Monument Valley, qu’ils exploitent à des fins touristiques, elles recèlent peu de richesses, sont désertiques et on a envie de dire désolantes. Sur des kilomètres, rien. De temps en temps quelques petites maisonnettes, des huttes (on y voit encore des hogans, huttes de terre traditionnelles inoccupées, mais aussi des maisons modernes rondes pour rappeler les hogans), parfois des taudis. On se demande s’ils habitent encore là, mais les bus scolaires s’arrêtant au milieu de nulle part en sont les témoins. Que dire à ce peuple exproprié ? Nous avons choisi de les soutenir comme nous le pouvions, en achetant un peu de leur artisanat (plutôt joli d’ailleurs). Difficile pour nous de dire comment ils se sentent. Certains que nous avons rencontrés étaient fiers de leur culture et travaillaient dans le tourisme. D’autres par contre souffraient d’alcoolisme ou autres dépendances. Il y a bien un malaise. Et les chrétiens que nous sommes se posent souvent des questions, comme d'ailleurs après avoir visité les vestiges incas décimés par les espagnols... Mais pour finir sur une note positive par rapport à ce peuple, nous avons aussi croisé pas mal de sourires. Et nous emportons dans nos bagages une nouvelle compagne de voyage: une jolie flûte navajo qui va rythmer la suite du voyage!

Mais où avons-nous passé la nuit à Monument Valley finalement??

Quelques coups de fil et les affaires reprennent. Nous découvrons un petit camping de tipis où le propriétaire nous trouve une place pour notre gigantesque RV. Coup de chance, des frenchies font le check-in juste en même que nous et nous les kidnappons pour le dîner. Cette longue journée nous a donné envie de convivialité !

Le lendemain matin, le spectacle est saisissant. C’est directement depuis la fenêtre de notre camping-car, sans même sortir du lit, que nous admirons le lever de soleil sur Monument Valley. La pluie a cessé et les quelques nuages restants ne font que parfaire le tout. Les images parlent d'elles-mêmes! Nous entrons dans le parc à 7h15 et les globetrotters au budget limité que nous sommes se décident non pas pour un safari commenté à 200 dollars, mais pour les 6 kilomètres de randonnée gratuite! Nos junior rangers sont très motivés. Ils courent, marchent, sautent, chantent, ramassent des cailloux, jouent, sautent dans la boue (ah oui c'est l'inconvénient)... Au final, ils marchent TOUT le chemin. Quel plaisir et quelle belle balade au pied des géants de roche... De quoi bien oxygéner tout le monde avant les 4 heures de route qui nous séparent du grand canyon, dont nous vous parlerons bientôt. J'aimerais aussi vous parler de notre vie dans le camping-car dans un prochain article...


70 views