Search

Mataiva et Moorea: la fiu attitude!

A peine le temps de nous remettre de nos émotions et de faire une lessive (merci au lavomatique Joffredo-Valence qui a carburé sévèrement ces deux dernières semaines !), nous reprenons l’avion direction Mataiva ! Son nom signifie l’île aux neuf yeux. On comprend ce que cela veut dire en la survolant : son lagon est parsemé de taches rondes et le rendu est tout simplement magnifique, presque irréel. Avec ses 300 habitants, Mataiva est l’un des plus petits atolls des Tuamotus. Rappelons que nous voyageons hors saison et vous comprendrez pourquoi nous ne sommes que six à débarquer de l’avion ce jour ! Nous sommes accueillis par Jule, qui sera notre guide pendant tout le séjour. Il nous conduit

La Fakaloose!

Super contents d’avoir retrouvé les copains, nous devons néanmoins commencer notre visite des îles de Polynésie. Sur leurs conseils, ce sera Fakarava (pour plonger et voir une ferme perlière), Mataiva (pour l’aspect nature et authentique) et Moorea (pour un weekend sympathique et ludique entre amis). C’est parti pour un vol de 2 heures vers l’archipel des Tuamotus! Nous faisons escale à Rangiroa, qui est le plus grand des atolls, puis c’est l’arrivée à Fakarava. Nous sommes accueillis par la timide mais gentille Vaité, qui nous conduit vers sa maison. Située à quelques mètres de la plage, avec 2 chambres, une cuisine, une salle de bains et un très joli jardin au coeur de la cocoteraie, voilà

Bye bye le Chili, bonjour la Polynésie !!!

Nous avons passé quelques jours studieux à Santiago, car nous serons officiellement sur le marché du travail au mois d’avril et nous préparons tranquillement notre retour. Mais cela ne nous a pas empêchés de visiter un peu la capitale chilienne. Nos impressions restent mitigées. Nous y étions pour la seconde fois et Santiago ne nous a pas vraiment plu, il faut l’avouer. Pauvreté, pollution et des chauffeurs de taxi qui non seulement vous raquettent mais en plus essaient de vous refourguer des faux billets, nous ne nous sommes pas franchement sentis accueillis ici ! Au programme cependant, des bons plans pour les enfants (voir prochainement dans les coups de cœur "que faire à Santiago?"), de

Bariloche, c'est en Argentine ou bien?

Nous avons retrouvé nos copains de la Parenthèse à Bariloche! Nous étions bien contents de les revoir et nous avons une nouvelle fois bien ri, notamment avec Gérard... En effet, l'ami Pierre en question a des airs de Darmon, vous ne trouvez pas? Et alors Darmon avec l'accent marseillais, c'est tout un programme (sans rancune Gérard!). C'est donc avec nos chers copains, que nous découvrons la ville de Bariloche. Notre arrivée se fait en fanfare. Non, la Parenthèse n'a pas loué un orchestre, mais la ville est en fête ce samedi soir et des groupes déguisés dansent au son d'une musique proche de la Guggemusik suisse en lançant des drapeaux... Cela ne vous rappelle rien? Et dire qu'on va manquer