Search

En croisière-ferry de Puerto Natales à Puerto Montt

Jour 1: Nous arrivons au bureau de Navimag, sur le port. Nous y avons déposé nos bagages quelques heures plus tôt. Nous y retrouvons Gisèle, charmante et dynamique dame que nous avions rencontrée au Torres Del Paine. A 21 heures, c’est l’embarquement sur le ferry. Nous entrons par la cale, dans l’immense hangar où seront ensuite entreposés les conteneurs, camions et autres voitures. Les dimensions sont impressionnantes. Nous découvrons notre cabine avec amusement: 4 couchettes, une table et une chaise, un lavabo et une armoire. Heureusement qu’il y a de la place sous le lit pour mettre nos valises! Les parents dorment en haut et les enfants en bas. Je ne peux pas tenir assise sur mon lit tan

Des glaciers plein la vue...

Nous quittons le Torres Del Paine avec regret et passons une journée à rouler au milieu de rien. La Patagonie nous dévoile toute sa désolation. Heureusement que nous avons fait le plein avant de partir ! Sur la route, le vent nous ballotte un peu dans tous les sens. Nous croisons des guanacos, les lamas de Patagonie, en grand nombre, ainsi que des émeus et des condors. Moins sauvages, il y a aussi des chevaux, des bœufs et des moutons, broutant dans d’immenses pâturages. Voilà pourquoi la viande est si bonne dans le coin : de l’herbe et de l’espace, à parte de vue, il n’y a pas de secret… Le spectacle de ces grandes étendues jaunes, vertes, brunes, sous un ciel très bleu est vraiment fascina

Extraordinaire Patagonie chilienne !

Et hop, le Cap Fagi saute dans un bus à 6 heures du matin et c’est parti pour le Chili ! Le chauffeur a un peu transpiré pour faire entrer toutes nos valises dans le minibus entre Ushuaia et Rio Grande, qu’à cela ne tienne, nous continuons tranquillement notre nuit dans le véhicule malgré le parfum bon marché et la musique à fond… Les 3 heures dans le premier bus sont vite passées. Le temps de se dégourdir les jambes à la gare routière et c’est parti pour le deuxième trajet, qui va durer 8 heures cette fois. Bien installés dans le bus, nous alternons jeux, films et paysages. Le trajet est aussi rythmé par des arrêts pour laisser passer des guanacos, le passage du bac dans le détroit de Magel

Le Cap Fagi est au bout du monde!

Ushuaia… Le nom qui fait rêver, la ville du bout du monde ! C’est avec émotion que nous avons posé le pied en Terre de Feu dimanche dernier. Depuis le temps que nous en parlions ! Et dire qu’il y a 5 mois, nous étions au Canada, que de chemin parcouru sur ce magnifique continent. Et de rencontres, et de paysages, et de beaux souvenirs. Alors alors, que faire à Ushuaia ? Pour commencer, on mange du crabe royal. Les géants sont exposés en vitrine des restaurants et n’attendent que de vous être servis. C’est un peu cher, et nos papilles doivent être trop bien habituées aux délices de l’autre côté de l’Atlantique… en gros, on est un peu déçus. Par contre, nous goûterons un peu plus tard au « cor

Rencontres à Buenos Aires

Nous avions décidé de passer une semaine tranquille, sans grand programme que celui de nous acclimater à l’Argentine. C’était sans compter sur l’accueil incroyablement chaleureux des argentins, mais aussi sur des rencontres plutôt insolites augurant des moments forts et inoubliables. Nous avons passé un réveillon du Nouvel-An, rien qu’entre nous, à déguster un délicieux filet de bœuf argentin, à communiquer avec nos familles en Europe qui ont passé la nouvelle année 4 heures avant nous et à décorer ce bien joli mur de messages adressé à tous ceux qui nous suivent depuis notre départ. Nous en profitons pour vous la souhaiter heureuse, riche en émotions et sous le signe de la réalisation de vo